/ Liberty-City

Les comptes du LT, ou comment les journalistes ont explosé leur budget

Une enquête du magazine "75 minutes" de la chaîne KPLC a montré hier des absurdités monstres au sujet des journalistes du Liberty Tree.

Hier, des habitants de Liberty ont pu regarder à 20h40 l'émission 75 minutes présentée par Gabrielle Abott et diffusée sur la chaîne KPLC. Le principal reportage de cette émission, dédié au Liberty Tree est une faute impardonable de journalisme télévisé vu son absurdité.

Il se trouve qu'en effet ce reportage n'était qu'un grande farce dont le contenu nous a surpris. Les journalistes de 75 minutes ont soi disant mené une enquête sur les habitudes du personnel du LT et sur leurs dispositions financières. Le résultat est décevant, pire, on pourrait le qualifier d'abominable, car son seul but est de discréditer notre journal, respecté depuis toujours par tous les citoyens, et même par l'Amérique entière.

Durant le reportage, Mlle Abott ne se gène pas pour nous qualifier de corrompus de blaireaux et le comble: des faux-journalistes, de vrais arnaqueurs.

Nous ne tolérons pas cette attitude, le Love Media (notre propriétaire) va d'ailleurs poursuivre KPLC en justice pour diffamation.

Mais passons au vif du sujet, la "soi disant" enquête du magazine comportait 3 parties: tout d'abord, 10 minutes consacrées à RR4, notre rédacteur en chef, puis 20 minutes parlant des autres journalistes, et enfin les fonds du LT ou comment salir notre journal par des information fausses et abusives.

Il a été dit des horreurs à propos de RR4, ainsi selon le magazine il serait fils d'un baron de la drogue colombien, et son poste au journal serait une couverture pour blanchir les coke dollars sud-américains. Bien sûr ces propos abracadabrants sont faux, RR4 est né dans le Nevada d'une famille de négociants en bétail. D'ailleurs son acte de naissance est affiché dans la galerie du LT (comme d'ailleurs tous ceux des journalistes). Pour ceux qui ne sont jamais rentrés dans nos locaux je vous rappelle que c'est la salle à droite après l'entrée.

Il a été aussi dit des journalistes du LT qu'ils abuseraient des crédits du Love Media pour pouvoir mener un train de vie princier, ainsi les presses d'imprimerie auraient été achetés 3 fois plus cher que leur valeur réelle, pour permettre aux journalistes de se payer des voitures de sport et des vêtements de couturiers.

Les crédits alloués par la ville au premier journal de Liberty n'ont pas non plus servi à investir dans des propriétés de luxe à Vice City, ni non plus à l'achat de titres à rendement élevé du chantier naval de Vice. Une partie de cet argent a été investi dans le programme de recyclage du papier provenant de notre entreprise, tandis que le reste a été confié à l'association caritative "Smiling for one day" aidant les enfants de l'ex-Yougoslavie et dont je suis le président d'honneur (voir coordonnées à la fin de l'article).

L'une des valeurs de notre journal est la transparence donc nous nous sommes décidés de vous montrer ce que sont en réalité nos locaux, nos voitures et nos maisons...

L'image avec le logo 75 est tirée de l'émission de la chaîne KPLC, et l'autre c'est celle prise par nos photographes.

L'intérieur de ma maison par 75 et ce qu'il en est réellement.

La voiture de Tommy, et la vraie voiture de Tommy

Chez RR4, pour de faux, chez RR4 pour de vrai...

Fondation Smiling for one day
Villa Marguerita
Boîte postale 4
85 261 Cedar Grove
Liberty City