/ Vice City

L'homme qui aimait les poules

Après une altercation musclée, un maraudeur s'en prenant à d'innocentes volailles d'Hilltop Farm a été mis derrière les barreaux.

Hilltop Farm, un matin comme tous les autres. Le soleil vient juste de se lever, Ash Bronco, petit propriétaire terrien, fermier de son état, pousse la modeste grille du poulailler, pour distribuer le grain à ses humbles volailles. Tout à coup, éberlué, il aperçoit une malheureuse poule, gisant sur le sol, les deux pattes en l'air, le bec grand ouvert, entourée de quelques plumes voletant ici et là. Ses grands yeux écarquillés le laissent sans voix : c'est bien de la terreur que l'on lit dans le regard de la volaille, comme si elle avait rencontré Satan en personne.

C'est là, cher lecteur, que vous vous demandez : "Qu'est-ce qu'on s'en bat l’œuf de ta poule ? C'est quoi ces articles miséreux ?" Il ne s'agit pas d'un simple fait divers campagnard. En attestent les marques, relevées par le fermier, sur le cadavre de l'animal :

Ash Bronco: J'avions vu la poule qu'était sur l'sol, qu'elle bougeait plus ! J'crus qu'c't'it une bestiole qu'l'avait mangée, mais la poule, l'était point mangée ! Juste quéqu' plumes en moins ! Pis là, j'te raconte pas, j'la retournâmes la poule, et, crévindiou ! L'orifice qu'avait triplé d'volume ! On l'y enfournâtes une saucisse à ma poule !

LT: Les animaux de basse-cour sont-ils fréquemment victimes de ce genre de... violences ?

AB: Ma doué non, c'tit bien la premièr' fouè qu'on m'bourrait une volaille ! T'penses bien, de suite j'ai prév'nu les flics et j'ai guetté tout' la nuit d'après si l'gredin allait reviendre, pour l'occire avec ma pétoire !

Drame : cette pauvre créature a subi des abus sexuels d'une rare sauvagerie. Il se trouve que San Andreas fait partie des quelques États de notre cher pays ou la zoophilie est punie par la loi, du moins entre 22h00 et 05h00. Les autorités se sont donc tout naturellement mises à la recherche de l'agresseur. Mais les premières investigations sont infructueuses : aucune trace d'ADN, aucune empreinte digitale. Notre homme est un véritable professionnel.

La nuit finit par tomber, Ash est sur ses gardes. Il décide de se poster dans sa camionnette, shotgun à la main. L'attente est longue, mais faisant fi de la fatigue il reste à l'affût. Il est 02h00 lorsque des bruits de pas se font entendre. En un clin d’œil, Mr. Bronco allume les phares et bondit de son véhicule. L'adipeux intrus, surpris, affirme être un campeur égaré, mais sa tenue de cuir et le curieux ustensile qu'il tient à la main ne laissent aucun doute sur ses intentions. Notre reporter, posté dans les environs, a pu rapporter précisément le bref échange verbal entre les deux hommes.

Intrus: Ha ! Je... Bonsoir cher monsieur. Je suis un campeur égaré, pourriez-vous je vous prie m'indiquer la direction de Los Santos ?

AB: Ferm' ton clapet bouseux ! C't'i bien toué qu'à farfouillé ma poule l'aut' jour ? J'vais t'faire un deuxième trou des fesses tu vas vouèr !

I: Vous vous méprenez, je (violente détonation) oooowww (deux autres violentes détonations, suivies d'une troisième, d'une quatrième et d'une cinquième)

Deux jours plus tard, le suspect est à peu près vivant lorsqu'il avoue avoir violenté la volaille du fermier. Ce dernier porte plainte pour "bourrage de poule", il ne sera pas inquiété pour les quelques blessures infligées qui relèvent évidemment de la légitime défense. Le criminel en question se nomme Mark Carter, 34 ans, serveur chez Cluckin' Bell. Selon son avocat, son acte s'expliquerait par un état de folie passagère. Dans ce cas, pourquoi retourner sur les lieux du crime le lendemain ? Carter risque entre 2 et 358 années de prison. Son procès débutera dans quelques jours.