/ Vice City

22, v'là les flics !

San Andreas atteint un niveau jamais vu dans les rapports de bavures policières.

Les chiffres de la police sont tombés hier, dans la journée, et ils sont éloquents : le nombre de bavures policières en Décembre est passé à 54 alors que celui de Novembre était de 21. Des chiffres effroyables lorsque l'on sait que la police est censée nous protéger. Le Syndicat de la Police de San Andreas a expliqué ces chiffres lors d'une conférence tenue à San Fierro, ville majoritairement malsaine avec une vingtaine bavures.

Andrew Simmons, délégué syndical de la police de San Andreas : Le mois de Décembre a été très dur pour tous. Alors que les émeutes prenaient fin, la période de Noël approchait. Le nombre de vol dans les magasins a alors augmenté. Les délits ont augmenté de manière considérable et les agents de police ont dû rester sur leurs gardes. Mais qu'est-ce que qu'une bavure ? La mort d'un jeune innocent causée par un policier le prenant pour un délinquant ? Des tirs d'agents de police à travers la foule ? La destruction d'une douzaine de véhicules après une course-poursuite entre policiers et voyous ? Je réponds non ! Et si nous prenons mon point de vue en compte, le nombre de bavures baisse alors à 3. La police n'est donc pas si malsaine que ça. Merci.

Le discours du syndicat de police n'est pas vraiment réaliste puisque le meurtre d'un jeune innocent par un agent de police ou l'ouverture du feu dans un lieu public sont considérés comme les pires bavures de toute l'histoire de la police, si l'on excepte l'Officier Franck Tenpenny, recordman du nombre de bavures entre 1990 et 1992. Le Liberty Tree a enquêté à San Andreas pour découvrir si la police est si malsaine qu'on le dit.

Los Santos

Accompagné de mon photographe Biorn, nous parcourons les rues de la ville en écoutant avec attention la radio branchée sur le signal de la police. Au bout d'un moment, nous entendons un appel qui demande aux patrouilles de police de se rendre sur la freeway au niveau de Ganton. Je démarre en trombe et me rends à l'endroit indiqué. Sur les lieux, des jeunes se font tirer dessus par des agents de police. L'un d'eux meurt d'une balle dans le crâne. Le policier responsable de ce tir s'écrie "HEADSHOT ! YEAH !. Puis les agents de police nous aperçoivent et nous tiennent en joue avec leurs armes et nous ordonnent de partir.

Le jeune homme tué par un policier et les agents nous ordonnant de déguerpir

San Fierro

Je me rends à San Fierro, toujours accompagné de mon photographe Biorn. Nous utilisons la même radio qu'à Los Santos. Cette dernière se met à grésiller et à indiquer la position d'un dealer. Je me rends sur les lieux. Là-bas, un agent de police tue un livreur de pizza qu'il avait pris pour le dealer. Il s'éloigne du corps en disant : "Oh fuck ! J'ai encore fait une connerie ! Bah le capitaine ne dira rien, comme d'habitude." Puis une voiture de patrouille ayant entendu l'appel déboule gyrophares allumés et sirènes hurlantes en écrasant une jeune femme qui marchait dans la rue. Les policiers dans la voiture sortent en rigolant : "Ahahaha ! J'en suis à huit ! Je bats le record du Sergent !". Puis les agents nous voient et viennent nous menacer avec leur matraque.

Le livreur de pizza pris pour un dealer et l'agent de police ayant écrasé la jeune femme venant nous chasser

Toujours à San Fierro, nous attendons un nouvel appel. La nuit est tombée et le central demande des renforts de patrouilles aux environs de Pier 69. Nous nous y rendons et découvrons des agents de police en train de tabasser des personnes âgées et rigolant : "Alors pépé ? T'as eu la permission de minuit ? Ahahaha !". Puis ils voient Biorn prenant des photos et nous tirent dessus. Nous parvenons à nous enfuir mais mon camarade est touché à l'épaule. Je le dépose alors à l'hôpital.

Les agents de police ouvrant le feu sur mon photographe

Las Venturas

Je me rends donc seul à Las Venturas. Je guette les ondes radios de la police lorsqu'un appel mentionne un cambriolage au Four Dragons Casino. Je m'y rends. Des agents de police pénètrent avec des fusils à pompe dans le casino et se mettent à tirer sur tout le monde. Puis le propriétaire parvient à s'approcher des agents et les informe qu'il n'y aucun cambriolage. Les policiers ressortent alors de l'établissement en plaisantant : "Ça nous aura permis de nous défouler ahahaha !". Bilan de la fusillade : deux morts et dix-sept blessés.

Cette enquête aura permis de démontrer que les services de police de San Andreas se dégradent et qu'une belle pléiade de déséquilibrés sont engagés dans les forces de l'ordre. Le gouvernement devra sûrement agir, des associations se créant de toutes parts pour une sécurité renforcée dans notre État.

Photographe : Biorn