/ Liberty-City

Le "Tueur du bahut" enfin arrêté!

L'université Saint Matthias à Stauton Island.

Vous connaissez tous la très célèbre Saint Matthias University, la seule université de tout l'état de Liberty City. Celle-ci a durant de nombreuses années proposé des études poussées pour les personnes démunies. Mais malgré cet aspect sympathique et très attaché à l'éthique professionnelle, l'université a elle aussi sa part d'ombre.

21 juin 1998 :

Création de la Saint Matthias University afin d' aider les démunis.

9 juin 1999 :

Des examens sont crées pour permettre aux étudiants désireux de travailler de trouver un travail plus facilement grâce aux diplômes.

14 août 2000 :

Le service d' hygiène de Liberty City déplore un problème de canalisation; l' université est fermée pour rénovations.

10 août 2001 :

L'université Saint Matthias est réouverte après 1 an de travaux.

18 janvier 2002 :

L'université est de nouveau fermée pour cause d' une explosion dans le sous-sol.

5 janvier 2003 :

L'université est entièrement réparée et est enfin réouverte.

26 mars 2004 :

Le cadavre d' une collégienne est retrouvé dans les dortoirs. Les recherches effectuées par la police indiquent qu' elle aurait été victime de viol. Une enquête est alors lancée.

30 juin 2004 :

Après trois mois de recherches, l'enquête est abandonnée mais la famille de la défunte exige 50000$ à l'université.

2 novembre 2005 :

De nombreux étudiants quittent l' université de peur de mourir. Afin de gérer au mieux cette crise, Mr. Bitrov, le directeur de l' université, certifie que les étudiants ne courent plus aucun danger.

23 juillet 2006

3 nouvelles victimes sont découvertes dans les douches publiques. Après recherches, la police découvrent qu' elles ont été toutes trois victimes de viol. Mr. O'Donovan, le maire de Liberty City, décide de faire fermer définitivement l' université.

Nous avons interrogé Monsieur Albin Katrof, un policier aujourd'hui à la retraite, qui avait enquêté sur le meurtre du 26 mars 2004.

Liberty Tree : Bonjour monsieur Katrof. Seriez-vous prêts à répondre à quelques questions au sujet de la fille retrouvée morte le 26 mars 2004 au Saint Matthias University?

Katrof : Oui, je suis prêt à vous répondre.

LT : Merci ! Tout d'abord, comment s'apelait cette jeune femme ?

K : Si mes souvenirs sont bons, elle s’appelait Cathrina Ashtrub. Elle était encore jeune, elle n' avait que 28 ans.

LT : Pouvez-vous nous dire comment est-elle morte?

K : Hé bien, comme vous devez déjà le savoir, elle a été violée puis tuée. D'après nos recherches, le tueur l'aurait d'abord endormie, l'aurait violée, puis l'aurait assassinée en l'étranglant avec du tissu.

LT : Le tueur n'a donc pas laissé d'indices?

K : Malheureusement non, mais j' ai aussi enquêté sur les meurtres du 23 juillet 2006, et sur chaques corps, on retrouvait la même chose: un bout de papier sur lequel était dessiné un......pénis. C' était en quelque sorte sa "carte de visite".

La carte de visite du  "Tueur du bahut".

LT : Saviez-vous si elle avait des amis proches qui auraient survécu aux meurtres?

K : La seule personne qui la connaissait et qui soit encore en vie se trouve être sa propre mère, qui avait enseignée durant de nombreuses années au Saint Matthias. Elle s' appelle Linda Ashtrub. Voulez-vous que je vous donne son adresse?

LT : Volontiers, monsieur Katrof. Et nous vous remercions d' avoir répondu à nos questions.

Grâce à l' adresse laissée par monsieur Katrof, nous avons pu retrouver la mère de la défunte. Celle-ci a gentiment accepté de répondre à quelques questions.

Linda Ashtrub, la mère de la défunte Cathrina Ashtrub.

LT : Madame Ashtrub? Nous enquêtons sur la mort de votre fille, Cathrina. Auriez-vous des renseignements à nous donner?

Linda : Ha, ma petite Cathrina??? Oui, en effet, c' est très malheureux, j' ai été vraiment choquée d' apprendre sa mort. Croyez-moi, jamais elle n' a eu de problème à l' université. Elle travaillait bien, elle était sage, bref c' était une élève modèle. Je me rappelle que je devais faire des choses....honteuses afin de payer ses études. Mais je devais le faire, pour elle. En fait, je me souviens que le seul qui ne l' aimait pas beaucoup c' était monsieur Frances Bitrov, le directeur de l' université.

Madame Ashtrub devait se prostituer afin de payer les études de sa fille.

LT : Pouvez-vous nous dire ce qu' il lui reprochait?

L : A mon avis, il n' aimait pas trop son côté "enfant parfaite". Vous pourriez lui poser la question.

LT : Merci de ces renseignements.

Nous sommes donc allés chez monsieur Frances Bitrov, comme nous l' avait suggéré madame Ashtrub. Etant donné qu' il n' était pas chez lui et que la porte était ouverte, nous sommes rentrés pour chercher des indices. Nous avons trouvé une preuve irréfutable que c' était Bitrov qui avait assassiné ces filles: dans son bureau était caché des copies de lettres qui étaient destinées aux filles. Dans ces lettres, il disait être amoureux d' elles et que si ce sentiment n' était pas réciproque, elles mourraient. Deux heures plus tard, la police arrêtaient monsieur Bitrov. Quant à l' université, elle sera fermée définitivement.

Monsieur Bitrov, quelques minutes avant son arrestation.