/ Los Santos

Alpine Armoring encore prise pour cible !

Nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’une bien mauvaise année pour cette entreprise spécialisée dans le transport de fonds puisque la voilà victime d'un deuxième braquage dévastateur en à peine un peu plus de 6 mois. Tout comme ce fut le cas pour le cambriolage survenu lors d’un transfert de fonds à la Los Santos Central Bank, les contrevenants semblaient très bien informés sur les déplacements du fourgon visé car ils ont frappé dans un secteur isolé. Puisque les itinéraires sont gardés secret jusqu’au moment où le fourgon quitte le dépôt pour débuter sa tournée, les enquêteurs supposent donc que les malfrats ont pu recevoir de l’aide de l’intérieur de la part d’un employé de la compagnie.

Peu de temps après l'attaque, l'endroit grouillait de journalistes donnant bien du fil à retorde aux policiers.

Ce qui est encore plus incroyable dans toute cette histoire, notait l'un des enquêteurs du LSPD, c’est le sang froid dont ont fait preuve les cambrioleurs au moment d’exécuter leur méfait. La présence d’automobilistes qui circulaient au même moment dans ce secteur n’a pas semblé les déranger. Des témoins ont raconté que l’équipe formée de 6 personnes de sexe inconnu, étant donné qu'ils portaient tous des cagoules, étaient armés de fusils d’assaut et de grenades fumigène. Un autre témoin a précisé que l’opération s’était déroulée rapidement et était même chronométrée par l’une des personnes qui indiquait à haute voix aux autres le temps écoulé.

Un opérateur de remorqueuse, témoin de la scène, a affirmé aux policiers sur place que le groupe avait réussi à neutraliser le fourgon en utilisant une sorte de grosse carabine qui a produit un énorme éclair électrique ayant servi à immobiliser le camion. De source non-officielle, on raconte qu’il s’agirait d’un fameux prototype de canon à impulsion électromagnétique qui aurait été volé il y a un mois dans un laboratoire secret du ministère de la défense. Bien entendu, comme nous nous y attendions, l’Armée a démenti cette rumeur en allant même jusqu’à dire que ce type d’arme n’a jamais existé. Pour le moment, ni la Alpine Armoring ni les autorités n’ont voulu divulguer le montant du vol mais il semblerait qu’il y ait de très fortes probabilités qu’il s’agisse de l’un des plus grands vols de l’histoire de ce pourvoyeur de fonds.

Derrière cette porte blindée se trouve le dépôt central de la Alpine Amoring Co. à Los Santos.

Il y a très peu de chance que les auteurs de ce délit soient encore dans la région car nous avons probablement à faire à des professionnels.

Il est encore trop tôt pour confirmer s’il s’agit bien des responsables du cambriolage de la Los Santos Central Bank. Pour le moment le mieux est de laisser travailler les enquêteurs qui analysent présentement toutes les pistes possibles,

Dit George Alexander, PDG de Alpine Armoring Corporation.

Aéroport, station de bus et de train, tous ces endroits étaient sous lourde surveillance par le LSPD et le FBI.

Selon un spécialiste en gestion de scène de crime, les 6 premières heures sont cruciales pour compiler les indices. Ensuite, chaque heure supplémentaire diminue de 5% les chances de résoudre le crime. Il faut également que les autorités s’assurent de mettre suffisamment d’effectifs sur le terrain pour couvrir un large périmètre tout en surveillant les déplacements douteux aux aéroports, aux terminaux d’autobus ainsi qu’aux stations de train. Toujours selon le même spécialiste, il n’est pas rare de retrouver le ou les véhicules ayant servi pour mener à terme ce genre de braquage. Il s’agit majoritairement de véhicules volés qui sont très souvent retrouvés incendiés rendant difficile toute identification.

L'un des nombreux barrage policier qui avaient été mis en place dans l'espoir d'épingler les braqueurs.

Espérons que ces conseils serviront aux brillants cerveaux de la police scientifique du FBI. Avis aux curieux, si vous voulez un conseil, éviter ce secteur durant quelques jours sauf si vous adorez les embouteillages car de nombreux barrages de police sont toujours en place et n’ont toujours pas encore été levés au moment de mettre cette article sous presse.