Crash d'un hélico dans le désert, l'armée mise en cause.

C'était un jour ensoleillé et paisible, une société offrait comme chaque jour ses services pour faire survoler à bas prix le désert à des touristes. Comme tous les jours, une dizaine de touristes montent dans un hélicoptère, pour vivre un moment inoubliable... Qu'ils ne pourront jamais raconter...

L'hélico survole le désert depuis quelques minutes seulement et un missile anti-aérien viens frapper l'appareil celui-ci tient quelques secondes avant de s'écraser vers The Big Ear tuant 10 passagers.

L'hélicoptère quelques minutes après l'accident.

Les secours sont vite avertis mais il n'y a plus qu'un seul survivant, le pilote. Les familles sont rapidement alertées, l'armée présente ses excuses et présente sa version des faits:

A 14 heures 35 minutes, nous apercevions sur nos radars l'hélicoptére transportant vos proches, le pilote survolait le périmétre interdit, aprés plusieurs sommations nous n'avions reçu aucune réponse, alors nous avons été forcés de faire feu, et un missile à frappé l'engin [...]

Mais plusieurs témoins connaissant bien le pilote contestent cette version des faits:

Témoin anonyme: J'connais bien Joe, il survole le coin pratiquement tout les jours et il fait toujours bien gaffe de pas titiller les mecs de l'USAF.

Liberty-Tree: Mais est-ce qu'il survolait la zone 69?

Témoin: Ben non, si j'étais en haut de Octane Springs et qu'il était en l'air un peu plus au sud, y volait pô au dessus de l'armée...

Le type de tourelles qui ont abattues l'engin.

Le témoignages d'une autre dizaine de personnes est pratiquement identique. Mais l'armée ne veut pas reconnaître une éventuelle défaillance technique ou une faute d'un militaire. Nous avons ainsi pu rencontrer en secret un militaire présent dans la salle de contrôle, pour son anonymat nous changerons son nom.

Liberty-Tree: Quelle est la véritable version des faits?

Grey: Quand nous avons aperçu un hélicoptère au radar, effectivement il n'était pas sur la zone interdite mais à portée, et notre chef a quand même donné l'ordre sans de tirer sans sommations, au début les soldats ne voulaient pas, mais le chef à réussi à se montrer convaincant.

Liberty-Tree: C'est à dire?

Grey: Il a pointé son arme et a menacé de tirer, devant l'entêtement des soldats il l'a fait lui même.

Le petite village ou nous avons rencontré Grey.

Cette version est effectivement troublante, ce militaire est maintenant caché de peur de représailles, son témoignage a été entendu par le gouverneur, et des sanctions seront "peut-être" prises par ce dernier à l'encontre du chef de la sécurité de la Zone 69.

La salle de contrôle de la zone 69.

Mais rien n'explique pourquoi un simple hélicoptère de tourisme a été abattu volontairement, un homme au courant de choses gênantes dans l'appareil ? En regardant la liste des passagers on ne découvre que des simples employés de bureau au passé simple, il faut croire que que l'homme était fou, l'Etat Major a déjà entamé son enquête.