/ Los Santos

L'IAA écoute-elle nos conversations ?

Au fil des années, l'histoire des écoutes illégales est devenue un mythe, une légende urbaine. On la raconte, on la répète, on la déforme. Tout le monde s'en doute, mais aucune preuve n'existe. Mais récemment, cette légende a été remise en cause. En effet, un ancien employé a parlé. Et il a raconté des choses vraiment très intéressantes...

Les fameuses paraboles dans le désert.

Un immense système d'écoutes téléphoniques serait basé dans le Grand Senora Desert, au nord du parc national de Senora. Ici se trouvent des paraboles géantes, utilisées pour les transmissions téléphoniques. Mais elles serviraient aussi à écouter les conversations téléphoniques de la population. Et pas que de la population. Des personnes importantes seraient sur écoute, des hommes politiques, des hommes d'affaires, américains ou étrangers. Des animateurs, des sportifs, et de nombreuses autres célébrités sont écoutées.

Drôle de scène aperçue dans le désert...

Mais ce n'est pas tout. LifeInvader serait également impliqué, en ce qui concerne les données personnelles de ses utilisateurs : celles-ci seraient conservées sur d'immenses serveurs, au cœur même du siège du réseau social, en plein centre de Los Santos. On dit même qu'elles seraient fournies au gouvernement. Eyefind et Bleeter ont également été cités par notre source anonyme.

Le siège de LifeInvader à Los Santos.

Officiellement, l'IAA dément utiliser les données détenues et les conversations personnelles, mais n'a pas démenti les avoir. Selon eux, ces écoutes et ces surveillances sont des mesures anti-terroristes. Par ces moyens, l'IAA et le FIB espèrent contrecarrer les attaques à venir.

Le siège du FIB à Los Santos.

A de nombreuses reprises, des agents du FIB ont été vus près des paraboles, ce qui a intensifié les doutes, avant la confirmation par notre informateur. Nous nous sommes rendus au siège du FIB, à Los Santos, pour rencontrer un agent du bureau, qui a préféré garder l'anonymat.

Non, ces écoutes ne sont absolument pas illégales. On écoute, mais on ne note rien. Seulement si le mot terroriste est entendu, ou s'il y a un rapport avec cela. Pareil en ce qui concerne LifeInvader ou Bleeter. C'est tout simplement par précaution.

Beaucoup de soupçons sont encore présents. En effet, notre contact a refusé de répondre à de nombreuses questions, semblait fébrile, et nous n'avons pas pu aller plus loin qu'au rez-de-chaussée... Difficile de faire confiance à une agence gouvernementale qui cache de nombreux secrets, l'avenir nous dira si toutes ces histoires et rumeurs s'avèrent vraies.