/ Liberty-City

Luigi jugé

Luigi Goterelli, le propriétaire du Sex Club 7 possédant une triste notoriété, a plaidé « non coupable » à son procès alors qu'il été accusé de diriger des locaux dans des buts immoraux.

Son avocat a dit:

Mon client travaille dans le divertissement. Il n'est pas un proxénète. Il travaille dans le divertissement pour adultes. Et oui, c'est un peu osé et oui, les femmes enlèvent leurs vêtements, mais cette place n'est pas un bordel ! N'avez-vous jamais été à un bordel ? Ils ne ressemblent pas au Sex Club Seven de M. Goterelli ! Mais alors pas du tout, je peux vous le dire. Pour sûr, il vend du sexe, mais rien n'arrive et les filles sont toutes des professionnelles, des danseuses, rien d'autre. Regardez, je suis un homme marié !