/ Liberty-City

Liberty Tree : les archives

Après des années d'attente, le Liberty Tree est heureux de mettre à la disposition de tous les archives des articles de 2002-2003.

Les lecteurs les plus fidèles du Liberty Tree doivent s'en souvenir. Nous sommes en 2002, à Liberty City. Votre journal préféré ouvrait alors ses portes au 666 Lower Staunton, dans le quartier de Torrington. RR4, alors promu au prestigieux titre de rédacteur en chef, travaillait à effectif réduit avec Baz et un certain Little Worm.
Le Liberty Tree, ne couvrant alors que les faits divers prenant place à LC, connu un franc succès peu de temps après que les premiers articles furent publiés, et il fut urgent d'embaucher de la main d'oeuvre peu regardante des conditions de travail, et acceptant un salaire digne des plus grands travailleurs nord-Coréens.

Des personnalités comme Pierrealex, -max2-, fxbt, mais aussi Pavlov et moi-même vinrent alors apporter notre contribution à ce qui allait devenir l'un des journaux les plus influents des Etats Unis d'Amérique. Le revers de la médaille ne fut pas long a se faire ressentir, et le Liberty Tree fut à maintes reprises le sujet d'accusations les plus calomnieuses. le magazine "75 minutes" de la chaîne KPLC nous accusa, entre autres, de détourner les subventions du Love Media, notre propriétaire à l'époque, afin de s'offrir des voitures de sport et autres appartements de 300 m² aux abords de Belleville Park. Ces accusations furent néanmoins démenties par Donald Love, lors d'une interview donnée au sujet de ces soit-disant détournements de fonds.

Des sujets plus joyeux vinrent heureusement colorer les pages du Liberty Tree, comme les différents essais automobiles hebdomadaires dont je m'occupais personnellement, l'affaire Marty Chonks qui valut à Pavlov le respect éternel de ses confrères, ou encore l'interview exclusive d'un Liberticien prétendant avoir découvert une faille interdimensionnelle.

2003, RR4 souhaite étendre le succès du journal à l'archipel ensoleillée de Vice City et invite ses meilleurs journalistes à plier bagage et quitter Liberty City. Certaines mauvaises langues diront plus tard que RR4 voulait plutôt fuir une petite amie trop collante que faire grandir son entreprise, mais au jour d'aujourd'hui, ce ne sont que des rumeurs.

Alors baptisé Vice Voice, et Installé à Vice City, le succès fut immédiat, mais beaucoup plus bref que prévu. Les poches vides, RR4 décida de vendre ses parts du Liberty Tree au Love Media, qui décida de ne pas financer de nouveau le journal préféré de LC. Il faudra attendre 2004 pour que Maxou ancien journaliste du LT, qui fut ses début au journal sous le pseudo de Tommy (il dut changer de nom après avoir trempé dans une sombre affaire...) ayant gagné le gros lot aux courses de chevaux, investisse une part de son gain dans le rachat du Liberty Tree à Donald Love et d'y installer les bureaux à Los Santos, dans l'état de San Andreas.

Aujourd'hui, malgré une petite baisse de régime, le Liberty Tree ne cesse de s'agrandir. Il y a trois mois, Maxou décida de racheter les premiers bureaux du journal, à Liberty City, qu'un incendie d'origine criminelle avait fortement endommagé. Les presses 24 Becker, chères à Pavlov, durent être remplacées, mais alors que les caves du 666 Lower Staunton étaient en pleine réfections, une malle métallique portant le logo du LT fut retrouvée. Après avoir fait sauter l'imposant cadenas, quelle ne fut pas notre surprise en découvrant la totalité des archives de la genèse du journal, que nous croyions disparues à jamais dans les flammes. Ces articles, qui n'étaient pas encore informatisés, doivent être traitées intégralement à la main afin d'être publiés sur le site du journal. Véritable machine à remonter le temps, nous vous offrons la possibilité de consulter ces articles de 2002/2003. Il faudra cependant attendre plusieurs semaines avant que la totalité des archives soit en ligne, le temps de faire avaler toutes ces pages à notre base de données !

Les bureaux du LT à Liberty City.