/ San Fierro

Attentats de San Fierro, les Avenging Angels restent les suspects N°1

Quatre jours après la spectaculaire série d'attentats qui a frappé les transports ferroviaires de San Fierro, San Andreas, les enquêteurs ont déjà interrogé plusieurs centaines de personnes. Mais vendredi soir, seule une quinzaine de suspects demeurait en garde à vue. De leur propre aveu, les enquêteurs ne disposent que d'une seule piste : trois portraits robots, élaborés à partir de témoignages de passagers affirmant avoir repéré des individus suspects à bord des trains, peu avant les explosions qui, selon le dernier bilan, ont fait 250 morts et plus de 730 blessés.

Doherty Station.

Bien qu'elles n'en aient pas encore la preuve, les autorités américaines sont persuadées que le carnage est l’œuvre des Avenging Angels, qui lutte pour la paix entre les gangs et les habitants de Liberty City et San Andreas et ce, par tous les moyens. Spécialiste des explosions quasi-simultanées, les Avening Angels est la seule organisation jugée capable, sur le sol américain, de coordonner un tel massacre avec autant de précision (sept explosions en onze minutes.) C'est ce qu'a affirmé R.C Hole, maire de Liberty City, vendredi.

Max Archer, membre des Avenging Angels.

Bien que sa lutte se focalise sur la paix, les Avenging Angels entretient des liens étroits avec le réseau des Front Yards Ballas, le gang le plus meurtrier de Los Santos. Car si les Avenging Angels vise les gangs et les groupes perturbateurs, ils n'épargnent pas les Américains. En avril, le chef des Ballas, William Baxter, lui-même mentionnait dans un enregistrement audio l’attentat de San Fierro. Jeudi, un inconnu a annoncé par téléphone la création d'une branche de la famille Ballas, information qui reste à vérifier. Mais les liens entre le réseau terroriste et les Avenging Angels sont avérés depuis longtemps.

William baxter, à gauche et le N°3 du gang, Ray Wilson.

Apparu en 1976, les Avenging Angels sont un groupe qui vise dans un premier temps à « libérer »  Les habitants de San Andreas de « L’emprise des gangs », puis à faire de San Andreas tout entier un « havre de paix ou il fait bon vivre» Basé à Liberty City, ce groupe, spécialiste des attentats-suicides, constitue la branche armée de la Celan Planet Protect (CPP), un groupe écolo et « peace ans love » radical, financée par les Front Yards Ballas, bien connu dans San Andreas pour de sanglantes guerres de gang. Or l'un des fondateurs du CPP, Grégory Liner (assassiné en 1989), était l'homme que William Baxter considérait comme son mentor. Pendant la guerre qui opposaient les Ballas à la Orange Groove Familly, dans les années 80, Grégory Liner séjournait régulièrement dans le gigantesque campus CPP lorsqu'il était de passage a San Andreas.

Orange Groove Family

Après la prise de Los Flores par les Ballas, en 1996, les deux organisations se sont encore rapprochées. Les membres des Ballas offrent de nombreux appartements de grand luxe aux Avenging Angels, les Avenging Angels offrent davantage d’armes aux Ballas et les aident lors des guerres de gang. Selon plusieurs sources, des centaines de combattants des Avenging Angels sont également allés prêter main forte à leurs anciens camarades d'entraînement qui leurs ont permis de se soulever et d’exercer leurs activités a Liberty City. Après la défaite des Ballas contre Orange Groove Family: Le numéro 3 des Front Yards Ballas, Ray Wilson, a été arrêté chez un membre des Avening Angels en mars 2002.

Ray Wilson, le N°3 des Ballas

Quatre ans plus tard, les liens existent toujours. «Nous avons des informations très fiables selon lesquelles les Ballas et les Avening Angels partagent des fonds, des munitions, et des combattants», affirmaient un responsable des services secrets lors d’une interview lors du journal télévisé de la chaîne San An News. Selon H. Alister, expert sur le terrorisme en Amérique, les Avenging Angels seraient même « le deuxième membre le plus important de San Andréas » Pourtant, les Avenging Angels continue d'opérer en toute impunité sur le territoire américain. l'interdiction des Avenging Angels, décidée il y a quatre ans sous la pression intense des Etats-Unis, n'a eu qu'une conséquence : ils ne revendiquent plus leurs attentats sous leurs nom. Histoire de ne pas mettre les services secrets américains dans l'embarras puisque, selon les experts, ils continuent de le soutenir, comme tous les groupes actifs a San Andreas.

Symbole des Avenging Angels

Après la prise de Los Flores les Avenging Angels avait salué comme un « devoir » ­, Los Santos espérait que la communauté internationale allait enfin faire pression sur son voisin pour mettre un terme aux activités de ces groupes. Mais la priorité, pour Washington, était de traquer William Baxter, ce qui ne pouvait se faire sans l'aide de la police de San Andreas. Une erreur puisque l'on a depuis retrouvé la trace des Avenging Angels à Vice City, à Las Venturas, à Bonne Country, Flint Country, Red Country et à Tierra Robada.