/ Vice City

Les rouges sont de retour

Depuis quelque temps, on entend beaucoup parler des mouvements communistes qui se développent dans la région de Vice City. Là bas, les communistes font beaucoup parler d’eux, mais n’ont qu’une influence ridicule et ne sont là que pour « distraire » pourrait on dire.

Mais ce qu’on ne sait pas, c’est qu’ils prennent de plus en plus d’importance ici même à San Andreas, notamment depuis qu’un certain « Dzermine » a prit les commandes de la mafia russe locale.

Afin de vous informez sur ce nouveau « péril rouge », j’ai mené l’enquête pendant quatre mois pour tomber sur des faits aberrants mais néanmoins réaliste.

Pour plus de clarté, reprenons depuis le début. Décembre 1991, l’URSS s’écroule, et le communisme avec elle. Mais quelques officiers soviétiques y croient encore, et tentent de faire un putsch afin d’empêcher la chute. Parmi eu figure le colonel Dzermine, un extrémiste stalinien. Bien entendu le putsch échoue, et les officiers qui ne sont pas éliminés sont fait prisonniers. C’est ainsi que notre colonel se retrouve dans un prison au Turkménistan (qui à l’époque était russe). Il en sort 12 ans plus tard, en 2003. Sachant qu’il n’a plus rien à faire en Russie, il décide d’aller rejoindre son vieil ami Fidel Castro à Cuba.

Dzermine en compagnie de Fidel Castro

C’est là que notre histoire commence. Un an plus tard, Dzermine se rend à Las Venturas pour « affaire ». Peut de temps après, tous les parrains russes sont retrouvés mort, mystérieusement irradiés alors qu’ils n’avaient eu aucun contact avec des zones radioactives. C’est alors que Dzermine prend les rennes des deux « gangs » russes de San Andreas. Il installe son siège dans un bâtiment de Bayside d’où il contrôle des activités diverses comme le trafic de drogue, d’armes, la prostitution, le tout bien sûr maquillé par des sociétés bidons, comme la « Slava CCCP » à San Fierro.

Le QG de Dzermine, Bayside, Le siège de la "Slava CCCP"

Pour l’instant, rien d’alarmant, c’est une simple affaire de prise de pouvoir au sein d’un groupe criminel, chose assez commune à San Andreas. Mais cela devient inquiétant quand Dzermine décide de donner un symbole à son groupe criminel, la faucille et le marteau, qu’il fait tatouer à chaque membre. Il impose aussi à tous les membres importants du gang de porter l’uniforme du KGB, et de s’afficher avec lors de chaque réunion et gala (les personnalités locales se souviennent certainement de l’arrivée fracassante de Dzermine lors du gala organisé au casino Caligula à l’occasion de la fête nationale italienne, qui avait fait sensation avec son uniforme).

Le casino Caligula

Mais le plus alarmant est de savoir que Dzermine entretient des liens avec son « camarade » Fidel, mais aussi avec la Corée du Nord, en leur vendant des armes contre de la drogue ou des éléments radioactifs.

De plus, la mafia russe soutient officiellement depuis maintenant trois jours le parti de Joseph Staleine, à Vice City, et compte bien organiser à San Andreas même la création d’un autre parti communiste. Le plus grave c’est que ces « mafiosis communistes » prépareraient des attentats contre les casinos de Las Venturas, qui sont des « sanctuaires du capitalisme » d’après eux.Bien entendu le gouvernement ne fait rien, et laisse ces « rouges » évoluer librement et perpétrer leurs crimes sans qu’ils n’en soient inquiétés.