/ Liberty-City

Un commando terroriste s'empare d'un missile nucléaire

Un missile nucléaire aurait été dérobé hier a-t-on appris par le porte parole du gouvernement. Cet acte serait l’œuvre d'un commando terroriste menaçant les États-Unis.

L’ombre du terrorisme plane une nouvelle fois sur les États-Unis après les terribles attentats du 11 Octobre 2002 à Liberty City mais cette fois c’est la côte ouest du pays qui est au cœur du problème. Le porte parole du gouvernement, Mr Richards a révélé lors d’une conférence de presse qu’un missile nucléaire avait disparu. Ce missile de longue portée était stocké dans la très secrète Zone 69.

Rappelons que les armes nucléaires sont des armes de dissuasion et n’ont presque jamais été utilisées lors d’un conflit. Leur utilisation est encore limitée à des tirs d’essais souterrains ou sous-marins. Ces essais nucléaires ont d’ailleurs provoqué de nombreuses manifestations de la part des groupes écolos qui affirment que les retombées radioactives ont des effets désastreux sur l’environnement.

C’est un missile comme celui-ci qui a été volé.

Ce missile, comme toutes les autres armes de destruction massive de ce type était pourtant très protégé par des militaires entraînés à toutes sortes de scénarios. Un bataillon entier, armé de fusil d’assaut a pour seule mission de veiller à la surveillance des têtes nucléaires.

Cependant, il semblerait qu’une énorme défaillance des équipes de surveillance de la base et en particulier du commando chargé de la surveillance des têtes nucléaires soit à l’origine du vol. Le Major McGrath des Marines, réfute totalement la possibilité d’une erreur de la part de ses hommes. La Zone 69 est la base la plus secrète et la plus sécurisée au monde et il semble donc impossible que des terroristes aient pu s’y introduire. La seule hypothèse restante est celle d’une taupe au sein du groupe de soldats opérant dans la base. Ce complice aurait fait sortir la bombe de la Zone et les terroristes l’auraient récupérée par la suite. Mais ceci reste encore au stade de l’hypothèse, hypothèse jugée « peu sérieuse » par le Major McGrath.

L’un des nombreux systèmes de défense de la base.

Toute l’équipe des renseignements de la base travaille désormais en collaboration avec les agents de la CIA et de la NSA pour retrouver la trace de la bombe. Les caméras de surveillance de la Zone n’ont rien révélé et le gouvernement a mis en place une cellule de crise pour prévoir une éventuelle évacuation.