/ Liberty-City

Arnaque à la carte bleue

Ces derniers jours, des centaines d’Américains ont eu la mauvaise surprise de trouver des débits d’un montant astronomique sur leurs relevés de compte. Les banques se sont vite retrouvées débordées de clients mécontents, affirmant n’être à l’origine d’aucune de ces opérations.
La Bank of Liberty, ainsi que les fabriquants de cartes de crédit Shark, ont déposés une plainte contre X auprès du LCPD qui a immédiatement ouvert une enquête.

Siège social des cartes bleues Shark, Star Junction.

James Kinsley, bank of liberty : Ouais, la première victime s’est présentée à nous il y a un peu plus d’un mois, avec des opérations dont le montant dépassait les deux-mille dollars, et nous affirmant qu’elle n’en était aucunement à l’origine. D’autres clients sont venus nous voir au fil des jours, ça n’arrêtait plus. Nous nous sommes mis d’accord avec Shark, notre partenaire, pour déposer une plainte globale au LCPD, et ainsi faciliter la vie de nos pig…clients, mais merde à la fin, on peut pas tout régler pour eux, ils pourraient aller aux-même chez les flics, au lieu de se faire berner sur Internet. Faut être con des fois, je vous jure…

James Kinsley

Car comme le dit Kinsley, les victimes de cette arnaque sont tombés dans le panneau d’une belle mise en scène s’adressant tout particulièrement aux plus naïfs d’entre nous. Lors de son enquête, le LCPD a trouvé un lien commun entre toutes les victimes : le site de réseaux sociaux « HeadBook », dont certains utilisateurs raffolent d’applications totalement inutiles comme celle dont le hacker s’est servi. En effet, ce dernier proposait, via une « App », de découvrir si votre banquier vous aime en secret, simplement en entrant vos numéros de carte de crédit et votre code secret.

**Sophie T., Victime :**J’utilise des TONNES d’applications sur HeadBook, telles que « Quelle algue êtes-vous ? », ou encore « De quel animal allez-vous accoucher ? », et je n’ai jamais eu AUCUN problème. Je n’y crois PAS, c’est une machi…machina…un COMPLOT !

Jesus C., Victime : Le dites à personne, mais j’ai jamais été victime de cette connerie, j’ai juste voulu faire passer mes abonnements de sites pornos pour l’arnaque dont tout le monde parle, héhé. C’est qui qui est un putain d’génie, hein ?

Teophus T., Victime : J’y croyais, j’y croyais vraiment. Je voulais savoir si mon banquier m’aimait en secret, car il est tellement séduisant, dans son beau costume bon marché, son petit badge en laiton avec son nom dessus…Je ne serai plus jamais le même, cette arnaque a brisé mon cœur !

De gauche à droite, Sophie, Jesus et Teophus, victimes de l’arnaque.

A l’heure où vous lisez ces lignes, le LCPD continue de chercher le pirate à l’origine de l’arnaque, mais les agents qui s’occupent de l’enquête se refusent à tout commentaire. Ça m’apprendra de leur demander une interview pendant leur pause café.