/ Liberty-City

Le Liberty Tree au cœur d’un scandale !

Liberty-Tree : Quand « presse » rime avec « pègre » c’est le titre aguicheur que l’on peut lire en première page de l’édition d’hier du Daily Globe, journal concurrent du liberty-Tree vendu en kiosque à Liberty-City

La Une du Daily Globe d'hier.

Ce titre, très suggestif, est suivi d’un court paragraphe laissant entendre que les dirigeants du Liberty Tree ont des sources de revenus illégales grâce auxquelles ils vivent dans un luxe absolument indécent invitant le lecteur à lire un compte-rendu d’enquête complet occupant les quatre pages suivantes du torchon. Une enquête très instructive, qui, au Liberty Tree, nous a appris beaucoup de choses que nous ignorions sur nous même.

Une photo de Dr Emixam et NelsoN prise discrètement devant l'immeuble du Liberty-Tree, les méthodes du Daily Globe tiennent plus de la presse à sensations que du véritable journalisme d'investigation.

Tout d’abord, on y apprend que NelsoN, second du journal, serait en fait un important chef mafieux originaire d’Europe de l’est et plus connu sous le pseudonyme de Le boucher de Kiev.

NelsoN : Le boucher de Kiev ? C’est smart comme sobriquet, même si ça reste de la fiction, je crois que c’est le seul truc cool dans leur article.

Les principales sources de revenus du Boucher de Kiev seraient l’importation de diverses marchandises illégales en provenance d’Europe de l’est telles que des armes et des clandestins. Les importants revenus générés par ce trafic seraient ensuite blanchis via son entreprise de construction. Après blanchiment, le journal affirme que NelsoN percevrait un revenu personnel mensuel avoisinant les 400,000 dollars.

Le résumé est accompagné de nombreuses photos des propriétés et entreprises que possède NelsoN.

L'immeuble au sommet duquel NelsoN possède son appartement au 341 Albany Ave.

Un chantier de construction de l'entreprise de BTP crée par NelsoN.

Un gros plan sur la Ferrari 288GTO de NelsoN, un véhicule qui aurait été acheté grâce à des revenus illégaux selon le Daily Globe.

L’enquête du Daily Globe enchaîne ensuite sur les affaires du patron du journal, le Dr Emixam. À en croire l’article, il serait le nouveau chef à Alderney d’une organisation connue sous le nom de Cosa Nostra. L’enquête se base en effet sur le rachat par Dr Emixam de l’ancienne demeure du prétendu parrain de la mafia James « Jimmy » Pegorino et de certaines de ses affaires à Alderney pour affirmer que ce poste est désormais occupé par le patron du Liberty Tree.

Dr Emixam : Cosa Nostra ? Allons, soyons sérieux ! Tout le monde sait que c’est une légende urbaine, une telle organisation n’a jamais existé.

La maison achetée par Dr Emixam après la disparition de Jimmy Pegorino.

Dr Emixam : La maison des Pegorino ? Bien-sûr que je l’ai achetée, Angie, la femme de Jimmy l’a mise en vente après la disparition de son mari, c’était en 2008. Une superbe occasion, en tant qu’homme d’affaires, je ne pouvais pas rater ça !

Le Daily Globe base également ses allégations sur le fait que Dr Emixam a racheté le Honkers, club de striptease dont Pegorino était propriétaire ainsi que sur la contrôle du syndicat des dockers d’Alderney et l’obtention l’année dernière du contrat public de ramassage d’ordures pour la totalité de l’ile d’Algonquin.

Le Honkers, simple lieu de détente ou maison close déguisée ?

Le Honkers, géré par Franky Four Fingers, reporter au Liberty Tree et proche de Dr Emixam, serait en fait un haut lieu de la prostitution en Alderney, les filles, originaires d’Europe de l’est et parvenues jusque là grâce à l’aide de NelsoN auraient pour consigne de se montrer très coopératives avec les clients. Le lieu serait aussi l’un des bureaux depuis lesquelles les affaires de la famille seraient gérées.

Franky Four Fingers, photographié discrètement alors qu'il quittait le Honkers.

Le soi-disant contrôle exercé par Dr Emixam sur le syndicat des dockers lui permettrait de profiter d’une cinquantaine d’emplois fictifs et l’obtention du contrat de ramassage des ordures serait un moyen de détourner des centaines de milliers de dollars provenant des contrats publics chaque mois.

Le ramassage des ordures à Algonquin, un contrat honoré par l'entreprise de Dr Emixam.

Et bien mesdames et messieurs, vous risquez d’être déçus, car peu de choses parmi celles qui ont été décrites dans ce torchon sont vraies. Pour commencer, l’entreprise de BTP de NelsoN est tout ce qu’il y a de plus en règle, et les revenus qu’il perçoit sont à la mesure des services qu’il rend à la communauté. Ces deux dernières années, ce ne sont pas moins de vingt-cinq blocs ou immeubles qui ont été réhabilités par l’entreprise sur demande de la mairie.
Pour ce qui est du Dr Emixam, ses affaires sont réglementaires jusque dans le moindre détail, son appartenance à une organisation criminelle n’est qu’une rumeur qui ne repose sur rien.

Dr Emixam : C’est fou, dès qu’une personne a du succès en affaires, il faut que cela crée des jalousies ! Toutes mes affaires sont légales et jusque dans le moindre détail, lors du rachat du Honkers, on a même arrêté la vente d’alcool, conformément à la législation en Alderney.

L'un des nombreux sans domicile d'Algonquin qui trouvera peut-être un toit grâce à la générosité des deux hommes d'affaires.

De plus, contrairement à ce que prétendent les accusation honteuses et infondées du Daily Globe, l’argent gagné par les deux hommes d’affaires n’est pas dépensé égoïstement en produits de luxe et en résidences. En 2009, les deux hommes ont versés plus de 900,000 dollars en divers dons aux paroisses de la ville et récemment, un don de 600,000 dollars a été perçu par la mairie en soutien du projet Adoptez un clodo qui permettra bientôt aux Liberticiens de bénéficier de réductions d’impôts à condition qu’ils acceptent d’héberger un sans abri.

La rénovation de l'église située Liberty Ln à Algonquin n'aurait pas pu être réalisée sans la générosité sans limites de Dr Emixam et de NelsoN.

Malgré tout, la vie continue au Liberty Tree et même si nos avocats ont déposé une plainte pour diffamation contre la direction du Daily Globe, nous n’avons rien changé à nos habitudes.

NelsoN : Tout ce que ca change, c’est qu’on leur a trouvé un nouveau nom, maintenant on les appelle le « Faily Globe. » HAHAHAHA !