/ Los Santos

San Andreas n'est pas sans faille !

Non, je ne parlerai pas aujourd'hui des pots de vins versés à la police ni des activités suspectes de notre gouverneur et encore moins du chiffre truqué que le gouvernement annonce sur le déficit de l'Etat. Non, aujourd'hui ce sont les sismologues que la faille inquiète : La Grande Faille de San Andreas

Le centre de recherche sur la prévention sismique (CRPS) de San Andreas, vient de tirer la sonnette d'alarme. En effet, les sismologues ont détecté depuis le début de la semaine, d'importants mouvements jugés anormaux, de la grande faille qui passe sous les pieds des milliers d'habitants de l'Etat. Tout le monde est au courant du risque qu'il prend, vous comme moi, à vivre et travailler dans ce lieu instable. Pourtant, l'énorme tremblement de terre qui doit obligatoirement arriver un jour, était plutôt attendu dans quelques siècles. Que penser donc de ces résultats ?

Il est certain que la plus sage décision serait de fuir les environs pendant quelques temps. C'est pourquoi le gouverneur se prononçait hier soir favorable à une migration vers Vice City et Liberty après s'être mis d'accord avec les dirigeants voisins.

Mais finalement à quoi bon ?

Les chercheurs au CRPS le confirment : Si un tel séisme se déclenchait (le maximum sur l'échelle de Richter), cela provoquerait une vague géante qui balayerait littéralement les deux Etats adjacents qui se retrouveraient inondés sous plus de dix mètres d'eau.

Sachez quand même qu'avec cette annonce, on prévoit une saturation de tous les vols de toutes les compagnies et une nette augmentation de tous les billets de n'importe quel transport. Même à quelques jours de leur fin, les industriels sont prêts à sauter sur toutes les occasions pour gagner leur croûte !! Le mieux étant donc de posséder son propre yacht ou son propre jet.

A vous donc de faire votre choix. Simple sursaut ou alerte irréfutable ? Quoi qu'il en soit, les journalistes du Liberty Tree sont prêts à risquer leur vie pour vous tenir au courant de l'information. Par conséquent, nous ne bougerons pas de notre bureau.

Par contre, je crois qu'il est grand temps que je prenne un peu de vacances. Notre rédacteur en chef ne verra certainement pas d'objection à ce que je parte quelques semaines loin d'ici ! La Russie peut-être. Finalement la ville, les États-Unis, ça vous use la santé ...