/ Los Santos

Plage privée...privée de surf

Le maire de Los Santos a annoncé la nouvelle ce matin : il est desormais interdit de pratiquer le surf à Santa Maria et Verona Beach. Une nouvelle qui a fait l'effet d'un raz de marrée chez les adeptes de ce sport, nombreux à Los Santos.

Habitant à Santa Maria, je me suis rendu sur la plage pour demander leur avis aux fanas de la planche. Peu ont acceptés de me répondre, dégoûtés par cette nouvelle reforme. Tous sauf un, Ray Flickdabean, fondateur du club de surf LS Fisters.

Liberty Tree : Bonjour Ray, merci de répondre à nos questions. Cette nouvelle loi est donc toute fraîche de ce matin, comment la percevez-vous ?

Ray Flickdabean : Salut Nelson ! Comment j'vois cette loi ? T'es con, je suis un pur accro du surf, je la voit très mal cette loi débile mec. On passe nos journées sur les waves et là, pour rien, on nous interdit de nous éclater. Trop con, t'as vu ?

LT : Hormis le plaisir de surfer, c'est aussi une tradition qui risque de se perdre. Le surf fait partie du quotidien de Santa Maria et de Verona, on a toujours vu des surfers ici. Comment imaginez-vous le futur paysage des plages de LS si cette loi n'est pas retirée ?

R.F. : Trop mal, ça va devenir une plage de vieux ! D'ailleurs y'a qu'a mater, t'as personne sur la plage aujourd'hui. Le maire veut aussi virer les sportifs j'ai l'impression mec, alors du coup on doit se rabattre à chasser de la vicieuse, on se tape des apéros OBÈSES, surtout le Mercreday qui était LE jour des compet' de surf...mais ça ne remplace pas les waves ça mec.

LT : je vois...si vous aviez un mot à adresser au maire de Los Santos au nom de la communauté de surfers de Santa Maria et Verona, ça serait... ?

R.F. : Prend une coupe de champagne !

Verona Beach, bien désert malgré la météo agréable qui règne sur LS.

Ray Flickdabean.

Suite au désarroi de Ray, nous avons voulu en avoir le cœur net. C'est ainsi que je me suis rendu à la mairie de Los Santos dans l'espoir de trouver une réponse positive. Étonnement, M. le Maire, Henry G. Carter, a accepté notre entrevue sans la moindre hésitation.

Liberty Tree : M. le Maire, merci de nous recevoir à l'improviste. Votre nouvelle loi sur la pratique du surf est loin de faire l'unanimité, pouvez-vous nous en dire plus ?

Henry G. Carter : Monsieur Nelson, vous savez que je suis toujours prêt à garder un lien avec mes électeurs. C'est d'ailleurs pour leur bien que j'ai mis en place cette loi qui vise à éradiquer temporairement la pratique du surf à Santa Maria et Verona. En effet, M. Martin, scientifique au marinarium de Los Santos aurait découvert un nouveau type d'algue qui pourrait être dangereux en cas de contact avec la peau. Cette mesure n'est que temporaire je le répète, et ce pour s'assurer que cette algue ne soit pas nocive pour les personnes pouvant entrer en contact avec, ou dans le cas contraire, trouver un moyen de la détruire dans les plus brefs délais.

LT : Je comprends, et je vous soutiens à 100% si cette raison est bien le motivateur de l'application d'une loi si catégorique. Toutefois, aucun communiqué officiel n'a fait état de la raison de l'application de cette loi, encore moins de la durée définitive. Ne croyez-vous pas que plus de transparence serait la bienvenue ?

H-G. C. : Il n'est absolument pas utile d'affoler la population sans être vraiment certain des risques de ce genre d’événement. Un communiqué en bonne-et-due forme circulera dans le bulletin de la mairie dès demain matin à ce sujet. En espérant avoir répondu à vos questions, je dois hélas vous demander de me laisser retourner à mes occupations, ô combien passionnantes !

LT : Merci d'avoir répondu à nos questions M. Carter, nous diffuserons une copie de l'annonce du bulletin de la mairie dans l’édition de demain.

La mairie de Los Santos.

Le Maire Carter se veut rassurant et semble prendre un maximum de précautions au sujet de cette éventuelle algue inconnue au bataillon des scientifiques marins de Los Santos. Les prochains jours seront à coup sûr révélateurs d'informations intéressantes...