/ Los Santos

Carambolage mortel à Los Santos

La journée avait commencé sur un bon pied avec un soleil ardant et l’absence complète de brouillard. Les conditions météo étaient donc excellentes. Selon la porte-parole du S.A.T.C.C. (San Andreas Traffic Control Center), Karen Black, tout était normal pour une heure de pointe matinale. À part deux automobiles en panne mécanique, stationnées sur la voie de service, tout se déroulait relativement bien et rien ne laissait croire qu’un tel drame allait se jouer.

Toujours selon le témoignage de Madame Black, le tout se serait passé à la vitesse de l’éclair lorsque les premiers véhicules se sont percutés.

Karen Black : D’après ce que nous pouvons observer sur la reprise vidéo, une Toyota Camry avait ralenti pour ajuster sa vitesse à celle de l’automobile qui la devançait puis soudainement apparaît cette vieille bagnole qui roulait beaucoup trop vite et n’a pu appliquer les freins à temps pour éviter cette Toyota. Le choc fut terrible mais ce qui l’a été plus, c’est lorsque les autres véhicules qui suivaient la Ford n’ont pu à leur tour éviter l’impact. En quelques secondes,   il y avait déjà 9 véhicules d’impliqués mais ce qui a véritablement contribué à l’hécatombe, c’est au moment où la Corvette est venu frapper la limousine. Le choc fut si brutal qu’il fit exploser le réservoir d’essence de celle-ci jetant ainsi un souffle de flammes sur les autres automobiles accidentées qui étaient immobilisées. Nous pouvons penser que le feu aurait été attisé par une fuite de carburant sur un autre véhicule impliqué dans l’accident puisque à un certain moment donné nous pouvons voir les flammes qui s’intensifie instantanément.

La photo ci-dessus provient du système de surveillance routier et montre bien le véhicule fautif quelque instant avant le carambolage.

Nous connaissons ensuite la suite pour l’avoir observée sur toutes les chaînes télé de San Andreas. L’explosion a provoqué l’immense incendie qui a détruit plusieurs véhicules qui se trouvaient autour du point d’impact des automobiles. Fort heureusement, la vigilance de quelques automobilistes ayant parvenu à éloigner leur véhicules de cette fournaise, a contribué à limiter le bilan du nombre de victimes.La question sur toutes les lèvres, comment se fait-il qu’un carambolage d’une telle ampleur peut-il se produire et pourquoi les automobilistes ne sont-ils pas plus prudent lorsqu’il y a un grand nombre de véhicules circulant à vitesse réduite ? Dans cette tragédie, pourquoi le conducteur de la vieille automobile roulait à si vive allure, pourtant la visibilité était bonne donc il aurait du voir que les automobiles étaient stoppé en avant de lui ? Était-il intoxiqué ou est-ce un bris mécanique qui en est la cause ? Nous attendons fébrilement le rapport des autorités qui mènera divers examens sur les véhicules impliqués. En attendant, nous avons rencontré quelques témoins et survivants de cette tragédie qui ont bien voulu nous livrer leur témoignage (sous le couvert de l'anonymat).

Carole G. (témoin oculaire): Je roulais calmement sur l’autoroute pour me rendre à ma boutique qui se trouve downtown lorsqu’une automobile amochée, une Chevrolet Nova je crois, m’a dépassé à toute allure en zigzaguant d’une voie à une autre sans même mettre son clignotant. Je me suis dit que ce chauffeur ne se ferait pas de vieux os en conduisant en dingue comme il le faisait, et là j’ai pensé qu’il n’y avait jamais de police lorsqu’on avait besoin d’eux.  On dit que c’est justement ce conducteur fou qui a provoqué le carambolage ?... C’est terrible!

Zack T. (survivant) : Je me dirigeait en direction de Las Venturas pour une session photo, je suis photographe professionnel. Au moment où je m’apprêtais à dépasser un poids lourd, j’ai soudainement senti ma voiture qui se déportait sur le côté... en regardant dans le rétroviseur, j’ai aperçu une boule de feu qui s’approchait rapidement. J’ai tout juste eu le temps de me pencher sur la banquette côté passager quand à ce moment ma voiture a basculé sur le côté. Fort heureusement je m’en suis sorti avec quelques égratignures seulement. J’aurais pu y laisser ma peau c’est certain !"

Jasmine D. (survivante) : Je suis contente que vous me donniez l'occasion de vous raconter mon témoignage car je circule tous les jours sur cette autoroute et je peux vous dire que les gens ne savent plus conduire... et ne cherchez surtout pas nos vaillants policiers, ils sont tous au Sticky Ring en train de s’empiffrer de donuts, voyons donc ! Selon moi, on devrait augmenter le niveau de difficulté des examens de conduite car il y a beaucoup trop de conducteurs inexpérimentés sur les routes.

Suivant ces témoignages, nous nous sommes rendu au QG du LSPD pour y rencontrer le sergent Bicks, relationniste aux médias, pour voir si l’enquête progressait et si l’identité du conducteur fautif était connu.

Sergent David Bicks du LSPD.

Liberty Tree : Bonjour Sergent Bicks, est-ce que l’enquête sur le carambolage d’hier avance rapidement?

Sergent Bicks : Nous avons mené plusieurs expertises sur les lieux mais vous vous doutez bien que c’est très complexe car il n’y a pas qu’un seul véhicule d’impliqué mais 24 au total. De plus, nous sommes en liaison avec le bureau du médecin légiste qui effectue un travail d’arrache-pied avec son équipe dans le but d’identifier les victimes qui ont péris dans la tragédie et dont l’état était rendu méconnaissable. Il faut faire plusieurs prélèvements d’ADN ce qui demande beaucoup de temps. Jusqu’à maintenant nous avons 9 décès confirmé et 12 personnes hospitalisées dont 6 sont aux unités des soins intensifs. Les autorités médicales ont dû traiter plusieurs personnes qui souffraient de chocs nerveux. Nous en avons pour une bonne semaine avant de pouvoir assembler les pièces de ce puzzle.

LT : Connaissez-vous l’identité du conducteur de la Chevrolet Nova que plusieurs témoins reconnaissent comme étant le grand responsable de l’hécatombe?

SB : Bien que cette personne soit du nombre de ceux qui ont périt dans la tragédie, l’examen des bandes vidéos qui ont été saisis au bureau du contrôle routier, puisqu’elles figurent comme éléments de preuve, nous permettent en effet d’identifier la plaque d’immatriculation du véhicule en question. Malheureusement puisque la famille immédiate n’a pas encore été contactée par les enquêteurs, nous ne pouvons divulguer l’identité de cette personne. Il nous est par contre possible de vous dire qu’il s’agit d’un résident de Los Santos vivant à Glen Park.

LT : Est-ce qu’une analyse en toxicologie vous a permis de savoir si cette personne était sous l’effet de la drogue ou de l’alcool au moment du drame?

SB : Malheureusement nous n’avons pas les résultats mais nous vous tiendrons informé par communiquer de presse.

LT : Nous avons appris que vous menez présentement une enquête sur l’école de conduite où ce conducteur aurait suivit son cours, est-ce qu’il y a un lien direct avec ce qu'il s’est produit?

SB : Je ne suis pas au courant de cette enquête, vous devrez vous adresser au détective Hector DePalma qui travail au bureau des permis puisque c’est son département. Maintenant si vous me permettez, je dois me rendre à l’Hôtel de Ville car le maire nous met beaucoup de pression pour que cette portion de l’autoroute soit rouverte rapidement, comme si on s’amusait ici.

LT : Merci Sergent Bicks pour cette entrevue.

Est-ce que le temps serait venu de renforcer les lois afin de restreindre le nombre d’automobilistes sur les routes ? Devrions-nous resserrer les critères d’admissibilité au permis de conduire ? Les écoles de conduite sont-elles suffisamment surveillées alors que nous apprenons de la bouche de jeunes conducteurs que de nos jours l’examen de conduite serait rendu plus facile qu’une visite chez le dentiste ? Nous avons été poser ces questions au commissionnaire principal du département des transports, Phillip Morris, à son bureau de San Fierro. Voici sa réponse.

Commissionnaire Phillip Morris.

La plupart des accidents sont dû à des fautes d’inattention. Je reconnais toutefois qu’un grand pourcentage implique la catégorie des jeunes conducteurs de 16 à 20 ans. C’est dans le but d’avoir des conducteurs ayant une plus grande expérience que notre ministère a déposé le projet de loi C18 visant à prolonger de 2 ans la durée du permis probatoire à tout nouveau conducteur, tout en réduisant à 5 le nombre de points d’inaptitudes au dossier. Je crois fermement que ce projet de loi aura un impact direct en sécurisant nos routes. Nous irons avec un vote libre en chambre à la rentrée parlementaire le mois prochain et nous doutons que les partis d’opposition s’objectent à son adoption puisqu’ils réclamaient une loi ayant du mordant et c’est ce que nous leur proposons. Croyez-moi, les années de folie au volant tirent à leur fin, les automobilistes délinquants n’ont qu’à bien se tenir!

Nous apprenons également de la bouche du commissionnaire que tous les permis d’exploitation des écoles de conduite seront révisés et que certaines d’entres-elles pourraient voir leur droit d’exercer retiré si un trop grand nombre d’irrégularités sont détectés. De plus, les critères d’évaluation seront resserrés lors de l’étude des nouveaux dossiers lorsqu’une nouvelle école de conduite ouvre ses portes.

École de conduite à San Fierro.

Espérons maintenant que toutes ces nouvelles mesures réduiront le nombre d’accident et contribueront à sécuriser le réseau routier.Entre-temps, l’enquête sur le carambolage se poursuit.