/ Los Santos

L’Explorateur Urbain – Numéro 2

C’est la question que nous pourrions nous poser après qu’un homme perturbé ai interrompu le conseil municipal pour mettre en garde la population que la ville était assiégée par des visiteurs interplanétaires.

Si ce n’avait été du courriel que j’ai reçu en provenance de ce citoyen qui a préféré conserver l’anonymat, la nouvelle aurait probablement passé inaperçu puisque personne ne prend ces choses au sérieux. Vous conviendrez donc qu’il y avait matière à se demander si le maire de Palomino Creek avait toute sa tête. J’ai donc décidé de me rendre sur place pour enquêter.

C’est le genre de gros titre que l’on a l’habitude de lire dans les revues à potins, mais personne ne s’arrête et se pose la question s’il y a une part de vérité dans ce type de nouvelle car on se dit qu’il faut avoir des araignées au plafond pour dire ce genre de sottise. Pourquoi donc un homme au passé sans reproche et siègent comme maire élu d’un petit village en arrive à ruiner sa réputation en affirmant que son patelin est passé aux mains de petits bonhommes vert? Qui de mieux pour répondre à cette question que la personne au centre de cette histoire absurde. Toutefois il y avait une condition pour cette rencontre... que je sois seul et sans appareil photo.

Explorateur Urbain : Monsieur Parsons... ou dois-je plutôt dire monsieur l'ex-maire puisque vous n'êtes plus en poste?

Dwayne Parsons : Oui... mais vous savez pourquoi?... ils m’ont remplacé par l’un des leurs, une créature femelle... ils sont en train de remplacer les habitants et personne ne s’en rend compte!!!!

EU : Qui sont ceux que vous appelez « ILS »?

DP : Je parle des Knobes, voyons! Ils ont essayé de laver mon cerveau mais leurs drogues n’ont aucun effet sur moi! Il faut que les gens sachent ce qui se passe autour d’eux!

EU : Que nous veulent t-ils?

DP : Ils veulent notre planète pour la coloniser mais il y a encore moyen de les stopper puisque leur vaisseau mère n’est pas encore arrivé en orbite autour de la terre... ça ne va pas tarder, il faut alerter l’armée et le président!

EU : Est-ce que vous pouvez me dire qui sont ceux de votre village qui ont été remplacés par des extraterrestres?

DP : Non je ne vous dirais rien... vous travaillez pour eux hein, vous voulez me faire taire pour ne pas que j’alarme la population, hein ? Je vous jure, vous ne m’aurez vivant !

Sur ces paroles le maire Parsons s’enfuit de la ruelle où nous étions en poussant des cris de mort. Il était donc évident que cet homme avait besoin d’aide mais mon intervention n’a pas été nécessaire puisqu’au même moment le sheriff et ses hommes, accompagné d’ambulanciers, sont parvenus à le capturer. Constatant ma présence, le Sheriff est venu me rassurer en me disant que le maire Parsons serait conduit au All Saints General Hospital de Los Santos pour y être soigné de sa folie passagère.

All Saints General Hospital de Los Santos. (photo d'archive)

Fait étrange, un peu plus tard, j’ai téléphoné au All Saints pour me renseigner sur l’état du maire mais personne sur place n’était au courant du cas. En essayant de rejoindre le Sheriff par téléphone, au numéro indiqué sur la carte qu’il m’avait remis, c’est un homme opérant un barber shop qui m’a répondu et m’a dit que le village n’avait plus de Sheriff depuis des années. Plus encore, le village est dirigé par la mairesse Elizabeth Paltrow... depuis les 8 dernières années... c’est comme ci cet homme, Dwayne Parsons, n’avait jamais existé.

Vous vous rappelez que je vous avait dit m’être rendu à la rencontre seul mais surtout sans appareil photo ? Vous connaissez un chirurgien qui opère sans scalpel ? Pour l’occasion je m’étais rendu voir Silicone Harry, un jeune crack de l’informatique qui crèche à East Los Santos et qui peut vous avoir n’importe lequel des gadgets électronique contre quelques Franklin. On dit que le LSPD est son plus gros client. Je lui ai donc acheté une caméra miniature 5 méga pixels dissimulée dans un stylo bille. Même si j’avais pris le soin de prendre une photo du Liberty Tower avant de me rendre à Palomino Creek, question de me familiariser avec l’appareil, il s’est passé un phénomène inexpliqué avec les photos que j’ai fait sur place... même Silicone Harry ne comprend pas ce qu'il s’est produit... voyez de vos yeux.

Photo 1

Photo 2

Photo 3

Photo 4

1. Photo du Liberty Tower que j'avais pris pour faire l'essai
    de la caméra miniature. À ce moment-là elle fonctionnait
    très bien.

2. Photo de l'individus qui se présentait comme étant
    Dwayne Parsons.

3. Photo du Sheriff qui est venu me parler après que ses
    collègues aient embarqué Parsons dans l'ambulance.

4. Photo de l'ambulance qui devait se rendre au All Saints
    mais qui n'a jamais été revue ensuite.

Les photos prises à Palomino Creek ont été affectées par une sorte de brouillage électronique ou par un phénomène paranormal.

Il se passe vraiment des trucs étranges à cet endroit,  serions-nous en présence d'une nouvelle Zone 69 ? Et  surtout n’allez pas raconter à n’importe qui ce que vous avez vu sinon vous pourriez disparaître mystérieusement vous aussi.

Si vous lisez cet article Mr.Parsons, ou qui que vous soyez, contactez-moi immédiatement !

Si vous avez une dent creuse, il serait peut-être mieux pour vous d’éviter pour un moment les restaurants de Chinatown à San Fierro sauf si vous aimez vivre dangereusement.

En tout cas si jamais l'envie vous prend de jouer à DEVINER CE QU'IL Y A DANS MON ASSIETTE, c'est promis que personne n’aura à donner sa langue au chat puisque c’est vous qui êtes déjà en train de manger la sienne !

De dire à la blague Robert W. lorsque je suis allé le rencontrer à San Fierro. Cette rencontre faisait suite à un appel qu'il m'avait fait un peu plus tôt cette semaine. Il souhaitait attirer mon attention sur le fait que plusieurs restaurateurs du Little China de San Fierro servaient du chat à leurs clients sous le prétexte qu’il s’agissait de poulet ou de lapin.

C’est après avoir trouvé une dent de chat dans son Chop Suey au poulet que Robert W. a décidé de la faire analyser par un vétérinaire car il trouvait étrange que les poules aient des dents. Selon son témoignage, même la serveuse du resto semblait au courant puisqu’elle lui aurait ordonné de lui remettre le fruit de sa découverte. Refusant de se plier à ses exigences, elle serait partie en direction des cuisines pour aller chercher le chef en renfort mais à leur retour dans la salle à manger notre témoin avait déjà quitté les lieux en prenant même le soins de laisser de l’argent sur la table pour ne pas se faire injustement accuser de vol. Le vétérinaire qui a examiné la pièce à conviction est catégorique. Il s’agit d’une incisive provenant de la mâchoire inférieure d’un chat domestique.. non, pas d'un poulet !

J’ai donc décidé de me rendre au restaurant en question pour y confronter le propriétaire mais comme je m’y attendais, ma présence n’était pas souhaitée et je n’ai eu droit qu’à une trollée d’insultes en chinois dont j’ignore toujours la définition. Ce qui est également surprenant également, c’est la rapidité avec laquelle la nouvelle de ma présence s’est fait savoir dans tout le quartier puisque aucun restaurateur à Chinatown n’a voulu me livrer son opinion sur la question. Le mythe du chat cuisiné à la chinoise ne serait donc plus qu’une légende urbaine mais plutôt un fait véridique !

Ce qui est surprenant également c’est le nombre de constats d’infractions qui ont été émis par les inspecteurs des services d’hygiène de San Fierro et adressés contre ces mêmes restaurateurs. Même à des endroits qui ont déjà été recommandé par le fameux guide Otto. Les plaintes de touristes victimes d’intoxication alimentaire nous arrivent par dizaine à chaque semaine. C’est donc en citoyen concerné que Robert W. a remis la dent à l’inspecteur principal qui nous a reçu à son bureau. Immédiatement un dossier a été ouvert et une visite des locaux a déjà été mise au programme pour les jours à venir. Souhaitons que notre intervention servira à faire avancer les choses car il faut immédiatement fermé ces endroits qui cultivent la malpropreté.

Donc, en conclusion, la prochaine fois que vous aurez une fringale pour du chinois, essayez plutôt chez l’italien, c'est plus sûr !

N'oubliez surtout pas de communiquer avec moi si vous êtes témoin d'une situation particulière, ou si vous avez une nouvelle qui pourrait intéresser nos lecteurs. C'est donc un rendez-vous dans notre prochain numéro!