/ Los Santos

Ice Cold

Cela faisait maintenant un mois que la compagnie de vente ambulante de glaces Mister Whoopee était aux proies d'un serial killer s'en prenant uniquement aux clowns conduisant les véhicules de la société. En effet, chaque semaine, c'est un voir deux vendeurs ambulants qui arrivaient à la morgue de Los Santos. Chaque assassinat était une occasion de tester une nouvelle méthode.

On a retrouvé un vendeur carbonisé dans son véhicule après que ce dernier se soit prit une roquette en pleine face, nous explique Lloyd Mc Clark, PDG de Mister Whoopee. Ensuite, le classique meurtre en pleine rue. Je vous raconte pas la panique avec les mômes juste à côté. Bref, ensuite un clown s'est fait découper en morceau avant d'être stocké consciencieusement dans le frigo du camion, entre les bacs à glace. Tenez, on en a même retrouvé un avec 15 maxi-cônes enfoncés dans le... (il s'arrête)...pardonnez-moi, j'ai un appel...foutu GSM!

Terence Brent, employé chez Mr. Whoopee, abattu en plein jour dans Los Santos...

Anwar Bel-Aziz a été retrouvé carbonisé dans ce Chevy van de la compagnie, une roquette entre les deux roues.

La LSPD, en charge de l'enquête, a été d'une efficacité remarquable. Après la première semaine macabre, plusieurs policiers ont été infiltrés dans la compagnie, des véhicules banalisés ont suivi les camionnettes de vente et une surveillance aérienne du dépôt de El Corona a été mise en place. Un premier suspect a été mis en garde à vue la semaine dernière, mais après un interrogatoire "plus poussé", il s'est avéré que l'homme en question n'était qu'un simple mythomane passionné de serial killers.

Alors que l'affaire commençait à stagner, hier matin, au moment où le serial killer s'apprêtait à placer une bombe à retardement sur un Chevy van parké en plein Downtown, une équipe de la LSPD en voiture banalisée pris en chasse le suspect. Après une course poursuite infernale, les deux inspecteurs durent laisser filer le suspect.

Il roulait comme un barge, montait sur les trottoirs...il a même manqué de foutre en l'air une petite vieille qui achetait un journal. Mais tout n'est pas perdu...

Nous raconte l'inspecteur Tom Smithjones.

Le chauffard se déplace dans une Mercedes-Benz rouge d'un goût des plus douteux. C'est ainsi que Cathy Bernstein, gérante du Jefferson Hotel, dans le quartier du même nom, appela le commissariat central de Los Santos.

J'ai entendu l'appel du LSPD à la télé, nous explique Cathy. Les flics recherchaient un gros bonhomme conduisant une vieille Mercedes rouge toute déglinguée, et comme par hasard, un gros bonhomme puant l'alcool est venu me prendre une piaule le mois dernier et stationne tous les soirs son vieux tas de ferraille rouge sur mon parking. C'est pas un mal que les flics me l'aient embarqué en tout cas, il passait ses journées à regarder des épisodes de "Bad Marvel" avec le volume à Fond. J'peux vous dire que le générique, je le connais par cœur ! _"Bad Marvel, il est vraiment trop fort !

C'est ainsi que vers 3:00AM, un impressionnant bataillon de copcars de la LSPD débarqua sur le parking du Jefferson Hotel armes au poing et reparti avec le serial killer qui terrorisait les clowns de Mister Whoopee depuis maintenant un mois.

La Mercedes-Benz rouge du serial killer...

Le parking du Jefferson Hotel a rarement été aussi rempli!

Ça n'a pas été bien dur d'embarquer ce gugus, nous raconte l'officier Juajez du district d'El Corona. Ce gars là, il était déchire comme un drapeau, si vous voyez ce que je veux dire. On a rarement vu un type aussi bourré, on a même pris une photo souvenir devant le commissariat central de Downtown. En tout cas, les clowns de Mister Whoopee peuvent désormais circuler l'esprit tranquille.

Le serial killer avant son entrée pour un long moment dans l'une des cellules du commissariat central.

Quelques cafés noirs et un interrogatoire plus tard, Chuck Enita avoua ses crimes un par un. Même si les vapeurs d'alcool brouillèrent un peu ses déclarations, il semblerait que l'origine de cette macabre folie serait une fourgonnette Mister Whoopee lui ayant roulé sur le pied dans les années 90 sans s'être excusé malgré nombre de courriers envoyés au siège social de la compagnie de vente ambulante de crèmes glacées.